Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2011

Anatoli Martechenko, 25 ans depuis son décès

 

Un 8 décembre, il y a vingt-cinq ans, le dissident, mémorialiste et publiciste Anatoli Martchenko décédait dans la prison de Tchistopol

 

images?q=tbn:ANd9GcQABTpWAONjBNg1FhmoIYtGP0O8RvNPlrvPkrbrUeMfBs5EgN5VOQAnatoli Martchenko est né en 1938 à Barabinsk dans la famille d’un cheminot. Dans sa jeunesse, il a participé à des expéditions géologiques, travaillé dans des mines de charbon et sur des exploitations pétrolières. A l’automne 1960, il tente de fuir l’URSS mais est arrêté à la frontière et condamné à six ans de détention pour « trahison de la patrie ». Il purge sa peine dans des camps pour prisonniers politiques de Mordovie et à la prison de Vladimir, où il étudie avec ardeur et lit beaucoup. A sa sortie de prison, c’est un homme instruit, aux opinions politiques affirmées.

A sa libération, en 1966, il rejoint le milieu des intellectuels dissidents de Moscou. Il entreprend presque immédiatement d’écrire un ouvrage sur les camps et les prisons politiques soviétiques dans les années 1960, dont il avait eu l’idée pendant sa détention. Fin 1967, il achève la rédaction de l’ouvrage Mon témoignage, premier témoignage sur les camps de l’époque poststalinienne en URSS, qui connaît un grand retentissement. Il circule très largement dans le pays en samizdat  puis est édité à l’étranger et traduit dans de nombreuses langues. *

marchenko_a.jpgEn 1968, Martchenko publie dans la presse étrangère plusieurs appels consacrés à la situation des détenus politiques soviétiques, ainsi qu’une lettre ouverte dénonçant la menace d’une intervention militaire soviétique en Tchécoslovaquie. Il est arrêté fin juillet 1968 pour « violation du régime des passeports ». A dater de ce jour, sa vie n’est plus qu’une longue suite d’arrestations, de condamnations, de camps et de relégations. En 1976, alors qu’il est relégué en Sibérie orientale, il adhère à la plus importante organisation indépendante soviétique de défense des droits de l’homme, le Groupe Helsinki de Moscou. Il publie en samizdat et à l’étranger plusieurs articles politiques, le roman autobiographique De Taroussa à Tchouna et un fragment d’un autre roman autobiographique, Vis comme tout le monde, (qui demeura inachevé, de même que plusieurs esquisses de textes autobiographiques qui nous sont parvenus.) Il refuse à plusieurs reprises d’émigrer, ce que lui propose avec insistance le KGB.

En mars 1981, Martchenko est arrêté une dernière fois (sous l’accusation d’« agitation et propagande antisoviétique) et condamné en septembre à dix ans de camp et cinq ans de relégation. Du 4 août au 28 novembre 1986, il observe une grève de la faim à la prison de Tchistopol pour obtenir la libération de tous les prisonniers politiques soviétiques.

images?q=tbn:ANd9GcSD76lMS-mXIoC1sxXS5Kr2-lR-25nqTWE2MogN5v5bdy25-kyvLgLe 8 décembre 1986, onze jours après avoir cessé sa grève de la faim, il meurt subitement alors qu’il n’avait pas encore quarante-neuf ans, selon la version officielle des suites d’une insuffisance cardiaque et pulmonaire sévère.

Six jours après le décès d’Anatoli Martchenko a lieu l’appel téléphonique historique de Mikhaïl Gorbatchev à Gorki qui met fin à la relégation extra judiciaire de l’académicien Sakharov dans cette ville. La libération massive des prisonniers politiques pour laquelle Martchenko a lutté pendant vingt ans, débutera un mois et demi plus tard.

 

 

Mémorial, décembre 2011



* Paru en traduction française en 1970 aux Editions du Seuil

10:51 | Lien permanent

Rencontre avec B. Belenkine le 15 décembre 2011

images?q=tbn:ANd9GcRxBXva8-u3ptH_bZZJ-MYU-6YURoG5odh0Mce5MyFSJ4XMrAloNous avons le plaisir de vous inviter
à une rencontre exceptionnelle avec Boris  Belenkine,
 
qui aura lieu le
 
Jeudi 15 décembre 2011 à 18 heures,
 
dans les locaux du Centre Chostakovitch,
19 bis rue des  Sts Pères, Paris 75006.
 
Nous comptons beaucoup sur votre présence.
 
 
 
 
Boris Belenkine est, depuis des années, l'un des piliers de Memorial dont il gère la bibliothèque.

10:39 Publié dans rencontre | Lien permanent | Tags : paris

19/09/2011

Mise en ligne du bilan d'activité de MEMORIAL pour 2009

L'Association des Amis de Memorial en France vient de traduire en français et de mettre en ligne (ici) le bilan d'activité de MEMORIAL pour l'année 2009.

Ce bilan très complet permet de se rendre compte de l'ampleur des activités de MEMORIAL. Il concerne notament:

- les programme d’aide « Travail dans les régions pour préserver la mémoire des victimes des répressions politiques »

- les programme de bienfaisance « Complexe pédagogique moscovite Musée-Archives pour la mémoire des victimes des répressions politiques »

- les programme de bienfaisance « Soutien social des victimes des répressions politiques »

- les programme de bienfaisance « Enseignement de l’histoire dispensé à la jeunesse pour perpétuer la mémoire des victimes de répressions politique et conserver la mémoire familiale »

- Les programmes humanitaire « Défense des droits de l’Homme »

11:21 | Lien permanent