Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2013

Vient de paraître - Dantsig Baldaev, Gardien de camp. Tatouages et dessins du Goulag (E. Anstett et L. Jurgenson dir.)


gardien de camp couv.gifDantsig Baldaev, Gardien de camp
. Tatouages et dessins du Goulag

Publié sous la direction d'Élisabeth Anstett et Luba Jurgenson. Traduit du russe par Luba Jurgenson, Genève, Editions des Syrtes, 2013. 208 p., 29€

La connaissance de l’univers du Goulag peut désormais prendre appui sur le document unique que constitue un album original comprenant la reproduction de dessins effectués de 1949 à 1989 par l’ancien milicien et gardien de prison Dantsig Baldaev, album qu’il a lui-même offert en 1990 à l’ethnologue française Roberte Hamayon. Les 74 pages contenant les dessins qu’il a effectués lorsqu’il était fonctionnaire de l’administration pénitentiaire soviétique, donnent pour la première fois l’opportunité de disposer d’une mise en image du fonctionnement ordinaire des camps soviétiques, précisément dans leurs aspects les plus terribles et les plus violents. Cet album offre la possibilité d’aborder de front les questions liées à la restitution de la violence du/au Goulag fait de pratiques souvent ordinaires, parfois éphémères, et des discours qui les accompagnent. Loin d’en faire l’apologie, cet ouvrage vise à donner les moyens d’en comprendre la portée et l’intérêt, en accompagnant le fac-simile de l’original d’une version traduite en français et d’une série de textes explicatifs.

Élisabeth Anstett est anthropologue, chargée de recherche au CNRS et membre de l’Iris (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux). Ses travaux portent sur les usages sociaux de la culture matérielle, plus particulièrement dans les anciens espaces soviétiques, et explorent la question des traces laissées par l’expérience de la violence extrême.

Luba Jurgenson est maître de conférences à Paris-Sorbonne en littérature russe, membre du Circe (Centre interdisciplinaire de recherches centre-européennes) et codirectrice (avec Alexandre Prstojevic) du séminaire « Récit, Fiction, Histoire » à l’EHESS (CRAL). Son travail porte sur la représentation littéraire des violences extrêmes, essentiellement nazies et soviétiques.

13:43 Publié dans Livre | Lien permanent

Vient de paraître - La Grande Terreur en URSS 1937-1938, (T. Kizny et D. Roynette)

9782882503039-e78bb.jpgLa Grande Terreur en URSS 1937-1938 de Tomasz Kizny et Dominique Roynette (traduit par Véronique Patte et Agnès Wisniewski), Lausanne, Les Éditions Noir sur Blanc, 2013. 412 p., 40 €. 

Le projet documentaire intitulé « La Grande Terreur en URSS 1937-1938 » qui a été à l'origine de cet ouvrage, a été financé de 2008 à 2011 par la Bundesstiftung zur Aufarbeitung der SED-Diktatur, Berlin, et la Gerda Henkel Stiftung, Düsseldorf.

Le Wissenschaftskolleg zu Berlin – Institute for Advanced Study a également attribué une bourse aux auteurs en 2006-2007 et a soutenu leur projet durant les années suivantes.

Ce travail documentaire sur la Grande Terreur en URSS a été réalisé en Russie en coopération avec l'Association internationale Memorial, Moscou.

13:32 Publié dans Livre | Lien permanent

26/09/2013

Exposition virtuelle : "Le Goulag à la veille de sa disparition. Ozerlag 1953-1956"

A VOIR SUR LE SITE DE LA BDIC: ici.


portrait ablamski.jpgLes photographies de Vladimir Ablamski (1911-1994) témoignent de la vie dans un camp soviétique à la veille de sa disparition. Déporté en 1947 en Sibérie, Vladimir Ablamski a été libéré le 25 août 1956. A la suite de la mort de Staline en mars 1953, iI avait été mandaté par les autorités du camp pour photographier chaque prisonnier, "zek", libéré. C’est armé d’un appareil qu’il avait lui-même bricolé et affectueusement baptisé son "pudel" (caniche), qu’il s’acquitta de sa tâche.

Sa position quasi officielle de photographe du camp, lui permirent de laisser « traîner » son œil aux alentours : les vues de miradors, barbelés, zeks procédant à l’abattage du bois, traces de tentatives d’évasion, exécution de fugitifs constituent une documentation iconographique sur le Goulag, d'autant plus exceptionnelle que rare. 
carte ozerlag ablamski.jpgOn trouvera dans cette exposition outre le précieux témoignage de Vladimir visuel_ablamski_on.jpgAblamski, des lettres d’anciens zeks adressés à la presse, des cartes des différents camps, situés entre Taïchet et Bratsk (à 1000 km au nord d’Irkoutsk), et des extraits du documentaire filmique de Michel Daëron, Contre-jour de Sibérie.

21:04 Publié dans exposition | Lien permanent